Future Log & co : Calendex

Le blog a déménagé, vous trouverez la nouvelle version de cet article ici.

Publicités

February’s challenge

Version française ici.


Today, for the blog’s first monthly challenge, we’ll make a ScriBuJo all along the month.

Each day, we’ll add a new page, and at the end, you’ll know enough to go on your way if it works with you. The BuJo’s concept is to do what you want, as you want, and adapt all the way through. For this month, I advise you follow my instructions so that you can try out each page before you decide they don’t work for you.

I’ll skim over the details for now, so that we can work on a new page each day, but we’ll come back to each of them in March so that we can study them further.

You’ll need:

  • a notebook or a binder with paper sheets, between A4 (a printer sheet) and A6 (a printer sheet fold in half on each side). Lined, squared or dotted. It can be an already started notebook/binder, it’s only for testing.
  • a pen that feels good and makes your writing readable.
  • a small time frame alone, enough time to read the daily blog post and create the page. I’d say 5 to 15 minutes depending on your reading speed, your writing speed and on the daily page.
  • Think about the experiment, how could it be interesting and useful. It may sound stupid, but if you have a reason to do it (organise your writing, track work to know what you can do for a set period or time or write your ideas so you won’t lose them anymore, for example), it will help you to do it every day.

There will be a little reward for those who got along and subscribe to the blog, I’ll get to this later.

For the time being, you can search around or have a look at the basics to see it’s about.

That being said, the BuJo we’ll create together is a ScriBuJo: a strictly utilitarian, but not ugly journal aimed at writers. It can also be used by artists or professional BuJo. You will see no frills, no cute drawing, everything will have a use. I won’t stop you if you want to decorate yours, but I won’t lead the way. The aim of the ScriBuJo is to be a tool that helps you be more efficient. It defeats the purpose if you ending up wasting your time adding frills! (I’m not criticising those who spend hours doing it if it’s their thing. In my personal BuJo, I make simple Zentangle to separate sections and I colour them when I need to focus. You see that I make it because it allows me to focus and gather my « creative energy » to be more productive when I’m writing. As I said: with me, everything does have an use :p).

I’ll add later, as a reward, a printable set for the pages we need for the challenge (the end of year celebration prevented me from finishing on time). All those who subscribe to the site (mail or WordPress) and take part in the challenge (comments and/or pictures) will receive a discount code that allows them to have it for free when the set will be ready.

It will be available on A5 and A6, for binder like Filofax, or to be bound or stapled by hand. Pages won’t be numbered, as the number and placement will vary depending on everyone’s need. There will one page of each, recto only, as you can set any other page on the back side. This set, and others, filling more specific needs, will be available during the year in my Etsy shop. I’ll set a personal one later. These sales, and affiliate links, will support the blog’s hosting.

I’m waiting for you on February 1st, you can pre-register here, on the FaceBook event and subscribe to the blog (mail or WordPress) to be sure you don’t miss a daily post.

I’ll add challenge’s links here as soon as they will be up.

(Scri)BuJo’s Lexicon

Version française ici.


It won’t cover everything at the beginning, I’ll add here any new, relevant word that I use. Don’t be shy and ask in the comments if you want me to add some. It applies to the ScriBuJo, Writing Bullet Journal.

BuJo – Bullet Journal: I’ll link you to this article.

Calendex: Something you can use instead of Future Log. View of a table as a calendar in a column. More useful if you have lengthy events to follow or more stuff that comes back each week/month/so on. Also for many little appointments. Work well with colour coding.

Dailies: Pages for the work of the day, with events, appointments. If you don’t write the whole week, you can skip the non-writing days.

Future Log: Annual or 6 months planning, depending on your needs. It allows you to write beforehand some events like holidays, non-working days, writing challenges, blog challenges, etc. More useful for exhaustive information (like appointments with date, hour and place) and when you don’t have many for them. (It’s always possible to set up to a month by page if you need space. Putting two or three months per page is not an iron rule.)

Monthly: Usually, two pages (but it can be only one), to prepare the month ahead or ongoing. You report everything from the annual/future log and you add stuff.

Masking tape/washi tape: decorative adhesive, made with Japanese paper for the real ones. You can find some cheap ones, made in with plastic and/or not removable. Its first quality is its ability to be put and remove a few time without damaging the paper (or the support). It’s also — often — partially transparent. It’s resilient enough to make indexes or small bookmarks (and soon, I’ll make a tutorial).

Tracker: Can be of every possible form. Stacks of books to colour when you read them, little stars for weight loss, and that’s the least of it. Here, it will mostly be plain squares to tick. We make it useful and quick, ladies and gentlemen! (Maybe I will share some of my personal BuJo, but for the writing one, I have no time to spend on anything which is not immediately useful.)

Review: Of the week, the month or the year, to check what works and what doesn’t, to make it better. The BuJo’s big strength is its adaptability to the person who’s using it, so every Bujo is unique.

(Scri)Bujo’s Basics

Version française ici.


What’s a BuJo ?

It’s pretty easy. A notebook or a binder, according to taste and needs, which works as external memory to forget nothing and, as an add-on, set goals. For « technical » words, here’s the lexicon. You can also use it as personal development, but here, we’ll talk about a Writing BuJo. But as I have an huge contradiction instinct, I’ll get to the classics for this post.

First, BuJo, it’s short for Bullet Journal, named by its creator Ryder Carroll. It works with :

  • Index, table of contents, which is the strength of the BuJo. Instead of stack of notes everywhere, we knows where is what. Even if it’s the shopping list three months ago or the list of things you promised to bring to your (step) mother at Xmas when it was summer holidays.
  • You do two simple plannings. One for 6 or 12 months to come, and one more precise for the ongoing month, so you can know when you’ll have an appointment, bills to pay, etc. . For deadlines also.
  • You do a to-do list day by day. When it’s done, you cross it ; you delay or strike it if it’s not.
    For those that it will bring down or don’t find it motivating, you can do a Done list. You don’t have the pressure to see stuff accumulate.
    You can make one as a brain dump for the month with not time sensitive task. Also gets out of your brain that you’ll need ink cartridge while you have time. It will be stupid to have none when you’ll have to change, isn’t it ?
  • And my favorite part : collections. Lists, more lists ! Statistics (I do love them). Lists of anything you want. Books to read, shopping to do, borrowed and lend items, shipping in waiting, and more. The good part of it is that you start it on the next empty page you find and you continue after it. It’s the useful part of the Index. No need to say you’ll need that much pages for your week, no, it’s a organised mess. And I love this !

I recommend you to get a look to the official website www.bulletjournal.com because it’s the basic, the heart of it. Don’t be shy and ask me, comments are here for that. There are all list of tips, way to do it, cute pics, stickers, printable, but that is another story…

Défi de février

English version here.


Aujourd’hui, pour le premier défi mensuel du blog, je vous propose de créer un ScriBuJo tout au long du mois.

Chaque jour, nous ajouterons une nouvelle page, et à la fin vous en saurez assez pour pouvoir continuer de votre côté, si ça vous convient.

Le concept du BuJo est de faire ce qu’on veut, comme on veut, et d’adapter au fur et à mesure. Cependant, je vous conseille de suivre les indications sur l’ensemble du mois, pour tester chacune des pages sans partir sur l’à priori que l’une ou l’autre ne vous conviendrait pas. Je ne vais faire qu’effleurer la surface pour avancer vite et qu’on puisse aborder d’une page par jour. Je reviendrai à partir de mars sur chaque page qui en vaut la peine et j’approfondirai.

Nécessaire à prévoir :

  • Un carnet, un cahier ou un classeur avec des feuilles, entre la taille A4 (feuille d’imprimante) et A6 (une feuille d’imprimante pliée en deux dans un sens puis dans l’autre). De préférence non vierge, le choix des lignes, des carreaux ou des points est libre. Ça peut tout à fait être du recyclage juste pour tester avant de choisir le support et le format qui vous convient.
  • Un stylo agréable et lisible
  • Un petit créneau horaire tranquille, le temps de lire l’article journalier et de faire la page correspondante. Je dirais entre 5 et 15 minutes selon la rapidité de lecture, de recopiage et la page du jour.
  • Réfléchir en quoi l’expérience pourrait être intéressante et utile. Ça a l’air idiot dit comme ça, mais avoir une raison de le faire (organiser son écriture, suivre sa production pour avoir une idée de ce qui est fait sur un laps de temps défini ou lister les idées pour ne plus les perdre, par exemple) va faciliter le fait de s’y mettre tous les jours.

Il y aura un petit cadeau pour les participant(e)s inscrit(e)s sur le blog, j’y reviens un peu plus loin.

En attendant, pour vous renseigner un peu sur la chose si cela vous intéresse, pouvez jeter un coup d’œil aux articles comme les bases du BuJo pour voir un peu de quoi il retourne.

Ceci dit, le BuJo que nous allons créer ensemble sera ScriBuJo : une version strictement utile, mais pas moche pour autant, destinée plus à une utilisation pour écrivain, mais celle-ci peut être aussi faite dans les milieux créatifs, ou adaptée pour un travail. Vous ne trouverez donc ici aucune fioriture, aucun joli dessin, tout aura une utilité. Je ne vous empêcherais pas de décorer le vôtre, mais je ne vous y encouragerai pas, le but de son existence est d’être un outil, uniquement un outil, qui permet de gagner du temps, et non de perdre davantage en décoration que ce qu’on gagne à l’utiliser. (Je ne critique pas ceux/celles qui y passent des heures si c’est leur dada. Moi-même, dans mon BuJo perso, j’utilise pour séparer les jours et les sections des motifs simplifiés de Zentangle que je colorie quand j’ai besoin de me reconcentrer. Vous remarquerez que je le fais parce que ça me permet de me recentrer et de rassembler mon « énergie créative » pour être plus productive lors que j’écris, donc je reviens sur ce que je disais : avec moi, tout a une utilité. :p)

Je proposerai par la suite, en récompense, un set de « printable » correspondant aux pages dont nous aurons besoin pour le challenge (les fêtes de fin d’année se sont liguées pour m’empêcher de le finir à temps). Tous ceux/celles qui se seront inscrits sur le site (mail ou WordPress) et qui auront participé au challenge (commentaires et/ou photos) recevront un code qui leur permettra d’obtenir gratuitement le set dès sa sortie.

Il sera disponible au format A5 et A6, pour classeur-organiseur de type Filofax, ou à relier ou agrafer à la main. Les pages ne seront pas numérotées, car leur quantité et leur placement dépendront de chacun. Il y aura donc un exemplaire de chaque type de page, en recto simple pour adapter à ce que vous voulez mettre derrière. Ce set, et d’autres, correspondant à d’autres besoins plus ciblés, seront disponibles au fil de l’année sur la boutique Etsy, en attendant d’en développer une personnelle. Ces ventes, ainsi que des liens affiliés, permettront de financer l’hébergement du blog.

 

Je vous attends le 1er février, vous pouvez vous préinscrire ici, ainsi que sur l’événement FaceBook et vous abonner au blog (mail ou WordPress) pour ne rater aucune des publications quotidiennes.

Je mettrai à jour les liens de ce challenge ci-dessous au fur et à mesure de leur publication.

Minimaliste, mais pas trop ou le rendre beau sans passer par les beaux arts

Je sais que le sujet a été vu et revu, surtout en anglais. Je vais quand même vous montrer comment je rends un peu plus joli mon ScriBuJo (Bullet Journal d’Écriture pour les nouveaux, coucou !). Le tout est de ne pas tomber dans l’excès. Soyons honnêtes, le but est d’avoir un outil efficace et qui donne envie de bosser avec, pas un truc super joli, qui nous pompe deux heures par jour et qu’au final, on a plus de temps de bosser. C’est quand même ballot.

Avant que les accros des jolis BuJo pleins de dessins, de jolies couleurs et autres ne viennent râler, je précise et je rappelle que je ne traite pas ici d’un BuJo en général. Si vous avez compris le concept de base : vous gardez ce qui vous plaît et qui marche et vous changez le reste, point.

Vous voulez faire joli, vous faites. Vous voulez rester au noir et blanc sans fioriture comme Ryder Carroll, ça marche aussi. Un truc entre les deux ? Allez-y ! Je parle d’un BuJo strictement utilitaire, pour avancer, merci. 🙂

Même si votre BuJo n’est pas utilitaire, vous pourriez trouver un ou deux trucs qui vous plaisent.

Revenons donc au sujet principal. La plupart des trucs que je vais vous dévoiler sont d’abord utiles avant d’être jolis (enfin, pas tous, mais presque !).

 

1. Le code couleur

Attention, je suis une maniaque des suivis et d’optimisation, donc je vais parler de ma façon de faire, par contre je conseille de l’implémenter progressivement et de l’adapter à vos besoins.

Ce que je qualifie de décoration, ce sont les entêtes (titres et dates), les sous-titres et les séparations quand il y en a.
J’utilise trois codes couleur plus ou moins séparés. Pourquoi trois ? Parce qu’ils ne font pas la même chose.

 

photos
Code couleur en action. Les ronds sont pour indiquer les mois-semaines-jours comme la couleur change chaque mois en fonction de celle utilisée dans mon BuJo pour réduire le nombre de stylos à transporter.

 

L’un est pour retrouver plus facilement dans quelle section je suis. Suivis, planning, chaque projet, info et autre.

  • suivi quotidien : la couleur des décorations change chaque semaine ou chaque mois pour que je ne me lasse pas ;
  • plans sur le long terme : violet clair ;
  • Les Chroniques de Valasfor (Cycle d’au moins 10 tomes high fantasy ado-adultes) : bleu noir ;
  • Tarot Dimension (Roman unique, high fantasy ado) : orange ;
  • Le Cycle des Masques (High fantasy, trois parties, des nouvelles, une novella et des épisodes pour au moins deux saisons) : brun ;
  • Contes d’Hier, Héros d’aujourd’hui (Fantasy, nouvelles pour enfants, 2 parties) : violet, quand je m’y remettrai ;
  • Blog : « vert turquoise » ;
  • Les autres projets : vert foncé ;
  • les infos que je conserve en turquoise,
  • le reste, s’il y a besoin, noir s’il ne rentre pas dans une catégorie, sinon je le fais au crayon de papier pour pouvoir mettre la couleur qui va bien plus tard.

Le second code couleur est en lien avec l’« Écriture niveau 10 », que j’ai dérivé de la « Vie niveau 10 ». J’ai prévu de faire un article là-dessus quand j’aurai testé et approuvé le concept. Il ne sert qu’au suivi de ce challenge, pour savoir sur quoi j’ai bossé, ce que j’ai laissé de côté, etc. Couleurs des projets — identique à celui du premier code — et les domaines dont je veux suivre l’évolution (descriptions, études et exercices notamment).

Le troisième code couleur est dans le suivi des tâches au moment T. Il vient de mon ancien ScriBuJo, pour dire à quel point il marche avec moi. Il permet d’avoir une vision rapide : si on est dans les clous ou pas du tout. En prime, il marche avec un masking tape que j’utilise quand j’ai la flemme de faire des cases (plus là-dessus plus loin) — ou que je n’ai pas la place d’en mettre 20 —, et surtout parce qu’il tient dans un mini bic 4 couleurs quand je ne suis pas à la maison. Donc en résumé, pour cocher ou reporter mes cases, j’utilise :

  • Le noir : quand c’était prévu et que ça a été fait ;
  • Le vert : quand c’était prévu et que ça a été fait au-delà des objectifs (par exemple écrire 2k mots au lieu du 1k journalier) ;
  • Le bleu : quand ce n’était pas prévu, mais que ça a été fait quand même. Ma procrastination créative a tendance à vouloir me faire bosser sur des trucs pas prévus, mais utiles quand même, donc je jongle avec les deux ;
  • Le rouge : quand c’était prévu et que ça n’a pas été fait. En option, pour le suivi du nombre de choses à faire, je coche les cases inutiles en rouge (comme le tape qu’on voit sur le côté de la photo, est rose assez foncé) pour ne pas être frustrée par les cases blanches qui ne devraient pas l’être.

 

dailies
Le troisième code. Le bleu ne sort pas bien à cause du bic, donc j’en mettrais une nouvelle quand j’aurai reçu mes Sign Pen de la-mort-qui-tue.

 

2. Le Washi tape ou Masking tape

Contrairement à l’utilisation habituelle décorative dans les BuJo, je ne m’en sers que pour trois choses :

  • Faire le bord d’une page pour la retrouver plus facilement sur le long terme (en général en accord avec le code couleur) ;
  • Faire des petits index pour retrouver ponctuellement une page (code couleur toujours) ;
  • Faire un marque-page magnétique ;
  • Délimitation sur la page comme séparer les fiches (persos, lieux, objets, etc.) avec en haut la fiche, en bas les notes ;
  • Renforcer le pli quand je fais des pages doubles que je plie, comme ça a tendance à être plus large que les autres feuilles.

(Non, je n’ai pas oublié mon washi tape grille/à carreaux, qu’on voit d’ailleurs un peu sur la photo, c’est plus loin !)

bord-mt
Bordure toute simple, avec washi tape fin histoire de ne pas me bouffer 1 cm de chaque côté. En prime, pour les onglets, ça permet d’en mettre deux fois plus dans le même espace. J’ai mis le lien où j’ai acheté le lot arc-en-ciel de 10 pour peanuts tout en bas avec les autres suggestions.

marque-page-mt
Marque-pages en Washi Tape fin (même lot que celui de la précédente photo).

  

3. Les gommettes

Qu’est-ce que ça vient faire là ? Simplement servir à retrouver des pages plus facilement. Non, ça ne fait pas doublon avec les bordures en washi tape dont je viens de parler.

J’avais commencé à les utiliser dans mon BuJo pour m’y retrouver dans mon bazar de listes et je vais l’utiliser pour mon ScriBuJo aussi. Il suffit de mettre la gommette à cheval sur le bord extérieur de la feuille et de suivre, ici encore, un code couleur ou un code de placement (moi je fais un combo des deux et j’y reviendrai dans l’article sur le code couleur pour montrer mon anti-sèche trop bien qui n’est pas encore fait faute de temps :p).

tranche-gommettes
On ne voit pas du tout que j’ai bossé sur le blog au détriment du reste, hein ? :p

Quand on achète les planches de gommettes, il y a généralement 4 ou 6 couleurs différentes, mais comme je suis une perfectionniste, j’ai pris une perforatrice de scrap ronde (lien en bas aussi et j’en ai plusieurs en fait, mais chut) et des pages d’autocollant à imprimer, comme ça je peux garder mes couleurs. Je le fais déjà pour mon BuJo, donc ça ne me prend pas de temps en plus. Et comme mon fils adore ça, il m’aide les colorer et les découper.

gommettes
Chaque couleur rangée dans son petit sachet, sinon on s’en sort pas, entre le petit et le chat, qui partagent ce kiff et celui de me piquer mes affaires. Il en manque plein là, j’avoue, mais je voulais pas surpeupler l’image. :p

Si vous n’avez pas de petit assistant, que vous ne trouvez pas votre bonheur, que ça vous horripile de mettre des trucs autocollants qui se collent toujours partout sauf là où on veut, vous pouvez aussi colorer une case sur la tranche.

tranche-feutre
Un test avec du feutre sur la tranche. Concluant qu’avec des couleurs assez sombres. Le jaune ne se voit pas.

Du coup, en un coup d’œil sur la tranche du ScriBuJo, on localise où se placent les choses et on retrouve plus vite sans passer systématiquement par l’index. En option, on voit tout de suite les choses sur lesquelles on a passé du temps et celles qui sont lâchement abandonnées !

 

4. La grille à remplir

En bonne accro des suivis et des chaînes, j’ai toujours des grilles à remplir et des cases à cocher. Vous ne serez pas surpris, de savoir que j’ai un tampon case, un tampon mois, un autre tampon mois avec des cases (mais plus gros, pour pouvoir indiquer une humeur ou un nombre de mots par exemple) et un washi tape à petits carreaux.

Selon la quantité de choses à surveiller, je prends l’un ou l’autre. Pour les tâches journalières, soit je les fais à la main, soit je m’accorde ma demi-minute plaisir et je tamponne mes cases une fois que j’ai tout écrit.

Pour un suivi sur l’année, je compte les lignes et je découpe mon washi tape (il fait 6 cases de large, donc 5 plus 1 pour la continuité du suivi, c’est un peu flou, mais je ferai un autre article sur les suivis et j’expliquerai plus en détail). Si c’est « juste » sur le mois, je me fais un peu plus plaisir et je prends l’un ou l’autre des tampons du mois.

Ensuite, je fais un petit truc vite fait (une coche, un smiley, une croix…) et tous les soirs (ou dès que c’est fait) et je remplis ma petite case, toute fière du travail accompli.

 

5. Les séparations (tampons, stickers, dessins…)

Je n’utilise pas beaucoup de séparations (à part pour isoler la partie notes) parce qu’au final, je n’aime pas ça, mais si ça te plaît… Soit une ligne tracée en couleur, soit un washi tape pas trop épais, soit un tampon (il y en a des tas de différents, mais on en trouve des transparents peu cher, en caoutchouc un peu plus cher ou ceux qui se tournent qui sont bien pratique).

Quelques coups de tampon par jour ne vont pas tuer notre productivité ! (Surtout si le tamponnage est regroupé.)

 

6. La calligraphie ou fausse calligraphie (pour les titres et les pages de garde de section)

Tout ce qui est écrit en rouge ou presque sur les photos est calligraphié, je ne vais donc pas remettre une photo exprès. 😉

Mon grand-père m’a appris dès que j’ai été en âge de tenir une plume et c’était notre petite passion rien qu’à nous deux, donc je suis totalement vendue sur ce sujet.

Ça prend un temps de dingue à maîtriser, MAIS il y a des astuces (j’en parlerai un peu plus tard dans le mois avec un mini dossier). Pas besoin de mettre vingt mille fioritures, une écriture simple et classe, ça marche aussi. Pour ça, il suffit par exemple d’un stylo à pointe plate et d’un tout petit peu d’entraînement histoire de trouver comment il vaut mieux prendre la bête pour que ça rende bien.

Du coup, le stylo fait tout seul les pleins et les déliés. C’est simple, quand on descend c’est large, quand on monte c’est fin. Et c’est plus pratique de pencher un peu le stylo, genre 25-35°.

Après il y a aussi la fausse calligraphie (lettering) : on s’applique un peu et une fois le mot écrit, on élargit les endroits où les pleins devaient être.

Sinon il y a des stylos et des feutres sympas, à pointe pinceau, mais il faut de la pratique.

Un joli titre en 5 minutes max, ça claque non ?
(Je compte le temps de retrouver le stylo, de tracer vite fait au crayon de papier pour centrer et ne pas commencer trop haut ou trop bas… parce que ça change selon qu’on utilise des lettres qui dépassent d’un côté ou de l’autre et de faire enfin le tracé.)

 

7. Les pages d’entête

On peut aussi utiliser un peu de calligraphie, de stickers, de tampons et de washi tape. Après, ces pages là, si vous les faites, vous pouvez vous lâcher. Par contre attention ! Il faudra planifier une session exprès pour ça à part. Pas question que ça empiète sur le temps d’écriture ou d’utilisation du ScriBuJo.

Je suis retombée en enfance quand j’ai eu un Spyrographe pour Noël (celui que j’avais enfant est décédé depuis, c’était celui qui était fixe avec les formes). Je l’utiliserai pour ça dans mon BuJo principal. J’aurai quinze mille douze feuilles à faire tenir dans mon petit classeur, donc je vais passer mon tour pour le ScriBuJo.

On peut aussi prendre des mandalas sur le net, des coloriages pour enfants ou adultes, ce qu’on veut (ou les faire soi-même en loisir à côté). Si c’est votre petite page plaisir, autant ne pas s’en priver. Et si vous faites comme moi, vous n’en aurez qu’une petite dizaine, donc tout va bien. En prime, ça peut servir à recharger les batteries créatives dont je parlerai dans quelques temps.

 

Voici quelques liens affiliés du matériel que j’utilise. Affilié kezaco ? Un lien vers une boutique et si vous achetez par l’intermédiaire de ce lien, je touche une petite commission (pas grand chose hein) sans que ça ne vous coûte quoi que ce soit. Ça me permettra de prendre un hébergement pour le blog et donc de rajouter des trucs trop cools qu’on ne peut pas mettre dans la version gratuite.

 

Voilà, je pense avoir fait le tour des trucs utiles, mais quand même jolis. N’hésitez pas à commenter si vous en avez d’autres ou que vous avez eu le coup de foudre.

Il y a plusieurs idées à approfondir, mais ça, c’est une autre histoire…

Lexique du (Scri)BuJo

English version here.


Alors, ça ne sera pas exhaustif tout de suite, mais je le remplirai au fil du temps, avec les termes anglophones ou un peu délicats que j’utilise. N’hésite pas à demander en commentaire à ce que j’en rajoute d’autres. J’applique en général à la version ScriBuJo — Bullet Journal d’Écriture.

BuJo — Bullet Journal : Je vous renvoie à cet article.

Calendex : Remplaçant du Future Log pour le planning sur 6 mois ou un an. Vue sous forme de calendrier en colonne. Plus pratique si on a des durées à surveiller ou beaucoup de trucs qui se répètent. Aussi, pour des petits trucs. Marche bien avec un code couleur.

Clés : Les puces, points, croix, petits symboles dont on se sert pour identifier les différentes choses notées dans le BuJo. Les basiques (proposées par le créateur) sont :

  • une croix pour une tâche faite ;
  • un point pour une tâche à faire (on trouve aussi une case vide) ;
  • un > pour une tâche reportée : par exemple le lendemain, le lundi ou le week-end suivant ;
  • un < pour une tâche sortie de la boucle : ce qui veut dire qu’elle est placée au mois prochain ou plus tard et qu’on en entendra plus parler pendant un moment. Je m’en sers pour les rendez-vous : je note de prendre rendez-vous, une fois fait, je coche la ligne et je note l’horaire sur une autre ligne. Une fois noté dans la partie mensuelle (le soir, si je n’ai pas pu le faire avant), je mets un < pour savoir que ça a été traité ;
  • un – pour une information ;
  • des symboles comme une ampoule pour une idée par exemple ;
  • un ! devant le reste pour dire que c’est important.

Dailies (Non pas « daylies », comme on trouve chez certains francophones qui ne savent pas écrire l’anglais) : Pages du jour avec les tâches, les rendez-vous et les événements du jour. Si tu n’écris pas toute la semaine, tu peux zapper les jours non nécessaires.

Done List : Liste de choses faites. Le contraire de la To Do List.

Future Log : Planning annuel ou sur 6 mois, selon les gens. Permets de noter longtemps à l’avance certains événements comme les vacances, les congés, les challenges d’écriture, ceux du blog, etc. Plus efficace pour les renseignements exhaustifs (comme des rendez-vous avec un lieu, une date et une heure) et quand on a pas trop de choses à y noter (il est toujours possible de faire jusqu’à un mois par page s’il y a besoin de place, le fait de mettre deux ou trois mois par page n’est pas une obligation).

Monthly : Page, habituellement double, préparant le mois à venir ou en cours. On reprend ce qui est dans le planning annuel et on étoffe.

Masking tape/washi tape : Scotch décoratif, fait en papier japonais pour les vrais (ceux d’Hema, Action & co ne sont pas des vrais washi tape même s’ils peuvent faire la même chose à condition de ne pas avoir besoin de corriger le tir). Sa propriété première est de pouvoir être décollé plusieurs fois sans abîmer son support. Il est aussi — souvent — partiellement transparent. Il est assez résistant pour faire des index ou des petits marques-pages (et bientôt, un tuto rien que pour vos yeux).

Printable : Fichier tout fait qu’il n’y a plus qu’à imprimer. Distribués gratuitement ou vendus, selon les cas. En général, les règles de licence, de propriété et de courtoisie entre autres, veulent qu’on ne donne pas le joli fichier à sa copine même s’il est gratuit. On lui donne le lien de la page ou du site où on l’a trouvé. Ça prend du temps à faire, ayez la gentillesse de rendre à César ce qui appartient à César et de faire au moins une visite et un peu de pub à la personne en question.

To Do List : Liste de choses à faire, qu’on coche au fur et à mesure. Le contraire de la Done List.

Tracker : Suivis, sous toutes les formes possibles. Pile de livres à colorier au fur et à mesure qu’ils sont lus, petites étoiles pour figurer des kilos perdus, j’en passe et des meilleurs. Ici, ce sera surtout des cases bêtes et méchantes. On fait dans le pratique, l’utile et le rapide, ici, ma petite dame/mon petit monsieur ! (À moins que je ne partage exceptionnellement des suivis de mon BuJo… mais dans celui d’écriture, pour moi, il n’est pas question d’investir du temps dans autre chose que le performant.)

Review : Bilan de la semaine, du mois ou de l’année, pour analyser ce qui marche, ce qui ne marche pas, pour l’améliorer sans cesse. La plus grande force du BuJo est son adaptabilité à la personne qui s’en sert, donc deux BuJo ne seront jamais identiques.

Les Bases du (Scri)BuJo

English version here.


Qu’est-ce qu’un BuJo ?

C’est très simple. Un carnet ou un classeur, selon les goûts et les besoins, qui servent de mémoire externe pour ne rien oublier et, en option, se fixer des objectifs. Pour le vocabulaire « technique », je vous conseille le Lexique. On peut aussi l’utiliser pour le développement personnel, mais ici, on va parler surtout du BuJo d’Écriture. Mais comme j’ai un fort instinct de contradiction, je vais partir dans les classiques pour cet article.

Déjà, BuJo, c’est le raccourci de Bullet Journal, nom donné par son créateur Ryder Carroll qui pourrait se traduire par Journal à Puces ou Journal à Tiret. Ça s’articule en plusieurs parties :

  • L’Index d’abord, qui sert juste de table des matières, mais qui est la force du BuJo. Au lieu d’avoir des tas de notes dans tous les sens, là, on sait où se trouve ce qu’on cherche, même si c’était la liste de course d’il y a trois mois ou les choses qu’on a promises qu’on amènerait à (belle) maman à Noël alors qu’on était en pleines vacances d’été.
  • On fait deux plannings simplistes. Un des 6 ou 12 mois à venir et un plus précis du mois en cours, histoire de savoir quand on a des rendez-vous, des factures à payer, etc. Pour les deadlines aussi.
  • On fait une liste de choses à faire (To-do list) au jour le jour. Au fur et à mesure, on coche ce qui a été accompli, on reporte ou on barre ce qui ne l’est pas.
    Pour celles et ceux que ça déprime ou que ça démotive, on peut aussi faire une liste de choses faites (done list) où on ne note qu’une fois que c’est accompli, donc pas de pression de voir s’accumuler des tâches qu’on repousse sans cesse.
    On peut en faire une en vrac pour le mois pour les tâches qui n’ont pas de date précise ou simplement pour se sortir enfin de la tête le fait qu’il faudra un jour racheter des cartouches d’encre, alors que bon, on a encore un peu de marge, mais ce serait bête de plus en avoir au pire moment, non ?
  • Et vient enfin ma partie préférée : les collections. Des listes, encore des listes ! Des statistiques, ou comme dirait LinksTheSun « J’aime les stats… ! ». Heu… pardon. Listes de ce que vous voulez. Livres à lire, courses à faire, objets prêtés, colis en attente, et bien d’autres. Le truc cool, c’est qu’on commence une liste à la prochaine page vide qu’on rencontre et qu’on continue le reste ensuite. D’où l’intérêt de l’Index. Donc pas besoin de se dire qu’il faut tant de pages pour telle semaine, non, c’est un bazar organisé. Et moi, j’adore ce concept !

Je vous recommande d’aller faire un tour sur le site officiel www.bulletjournal.com parce que c’est la base, l’essence même du truc. C’est en anglais, mais c’est assez visuel et avec ce que j’ai mis au-dessus, ça devrait aller. Sinon, n’hésitez pas, les commentaires sont là pour ça. Après, il y a toute une série d’astuces, de façons de faire, de jolis dessins, de stickers, de « printable » (des choses toutes faites à imprimer), mais ça c’est une autre histoire…